Manufacture de Sèvres - Illustration Araso

JEP 2016: Sèvres, manifeste vivant pour l'empreinte de la main

Un jeudi matin, fin août. A la manufacture nationale de Sèvres, les artisans s’affairent dans un silence pourtant monacal.

Valérie est directrice de la production et de la création à Sèvres. Comme beaucoup, elle est arrivée à la céramique par hasard et y est restée par passion, par « goût des choses bien faites avec une justesse académique mêlée de sensibilité ». Depuis, d’autres générations ont pris le relai dans la même exigence physique où règnent concentration extrême, résistance aux éléments et sensualité du geste.

Le processus de fabrication, elle le connaît par cœur. Arrivée à Sèvres en tant que peintre, elle milite pour que soit transmis cet exercice de la rigueur tout en réhabilitant « l’empreinte de la main ».

Aujourd’hui elle prend très rarement son pinceau. Sans regret : « le sourcing des matières premières et les contraintes de fabrication sont des sujets absolus ». Valérie commence ses journées à 7h. S’en suivent plusieurs visites aux ateliers, pour que rien ne lui échappe.

Et moi qui m’étonnais qu’elle ne réponde pas à mes emails.

Illustration et images © Araso



Sèvres ouvre pour les Journées Européennes du Patrimoine les 17 et 18 Septembre 2016.

Valérie Jonca et ses équipes accompagneront les visiteurs dans un parcours des ateliers et des coulisses de la manufacture.

Sèvres – Cité de la céramique
2 Place de la Manufacture
92310 Sèvres (France)
Tél. : +33(0)1 46 29 22 00


Claude Parent, Dessiner la mode, Galerie Azzedine Alaïa Paris

Claude Parent chez Alaïa: l'empreinte au noir

L’empreinte d’une amitié, d’un amour de la mode, d’une présence évanescente, sont ce qui demeure d’une rencontre. L’un est architecte, disparu en février 2016, un mois après son compagnon de service militaire, un certain André Courrèges. Le second est le plus grand couturier vivant.

Qu’est-ce qui les rapproche ? Qu’est-ce qui fait de cet homme, qui préfère les lignes droites, les obliques en argent qui masquent une main qui tremble, un « dessinateur de mode » comme le veut le libellé de l’exposition ? Rien. Ou plutôt tout : une sensibilité et un regard.

Dans de petits cadres noires alignés comme à l’armée, on voit des formes noires profondes comme le jais. Des silhouettes fantômes, à peine suggérées et pourtant sublimes comme les créations d’Azzedine Alaïa, tellement déconcertantes. On y voit des calques et des travaux préparatoires pour révéler, grâce à l’insistance du petit-fils Laszlo Parent, l’émotion et le souffle retenu derrière le crayon frémissant. Et c’est beau.

Visuel © Araso

 

Dessiner la mode 
Exposition des encres de Claude Parent inspirées des créations d’Azzedine Alaïa
Du 2 au 25 Septembre 2016
Galerie Azzedine Alaïa, 18 rue de la Verrerie, 75004 Paris


Art in the chapels

Bretagne: l'art dans les chapelles

La Bretagne : beauté brute et fascinante, paysages simples et charmants, un patrimoine culturel très riche et parfois méconnu que l’association L’art dans les chapelles exploite brillamment.

Cette manifestation estivale nous invite de manière originale et ludique à découvrir, ou redécouvrir, art et héritage culturel. Au croisement de la campagne morbihannaise du pays de Pontivy et du patrimoine religieux de la région, le curieux visiteur a l’occasion de s’exposer à la création contemporaine.

Les artistes plasticiens se sont inspirés de ces lieux de cultes pour créer et la résonance entre les arts y est très intéressante. On pense au travail minutieux admirable de Claire Colin-Colin (circuit rouge), peinture abstraite très concrète à découvrir ; à la créativité symbolique de Manuela Marques (circuit bleu) remarquable dans la chapelle Notre-Dame des Fleurs (ne pas manquer les vitraux exceptionnels de David Tremlet, création d’une ancienne édition) ou encore les couleurs éclatantes de Flora Moscovici à la chapelle Trinité (circuit rouge).



Images © RL

L’art dans les chapelles
Point d’accueil: lieu dit Saint-Nicodème, 56930 Pluméliau. 

Ouvert tous les jours sauf le mardi, 14h – 19h
08.07.2016 > 18.09.2016

Point d’accueil au lieu dit Saint-Nicodème, 56930 Pluméliau. 

Ouvert tous les jours sauf le mardi, 14h – 19h
08.07.2016 > 18.09.2016

Détail pratique: Attention. On aura, au cours de ce parcours souvent des doutes sur la voie à emprunter. On froncera souvent les sourcils d’inquiétude. A tort: les balises réapparaîtront à chaque fois au bon moment. Concrètement tant qu’il n’y a pas d’indications c’est tout droit. A noter que certaines chapelles, bien que sur le circuit, n’accueillent pas d’œuvres contemporaines.


«Rester Vivant» au Palais de Tokyo: welcome chez Michel Houellebecq

«Vous n’avez aucune chance. Continuer? » Des mots pixelisés sur un cliché de désolation nous accueillent dans l’antre, dédale labyrinthique dans le noir.

Après Houellebecq écrivain, réalisateur, Houellebecq photographe curateur d’une exposition ma-vie-mon-œuvre. Entre fiction et biographie, entre essai et anticipation, il parvient à dire furieusement bien cette époque, ses angoisses, ses brèches et la possibilité frontale d’un non-futur.

On y croise Daniel et Esther de La Possibilité d’une Ile à l’état liquide, on y retrouve son chien, son ex-femme, ses potes. Entre une improbable salle dédiée à Clément et les installations dérangées de Combas –géniale La Pièce de Vie, un film intimiste avec la voix-off d’Iggy Pop contraste avec une backroom et son porno. Des parterres de cartes postales renvoient au tourisme de masse de Plateforme tandis que les extraits de La Possibilité d’une Ile réalisé par Houellebecq dessinent un fil rouge.

Pour les adeptes, psychiatres et initiés.

Illustration © Araso

Rester Vivant une exposition de Michel Houellebecq, au Palais de Tokyo du 23 Juin au 11 Septembre 2016.


Cai Guo-Qiang à la Fondation Cartier présente une fresque inédite à la poudre de canon

Les Animaux prennent le pouvoir à la Fondation Cartier

Ce matin, la Fondation Cartier nous dévoilait sa nouvelle exposition ambitieuse, protéiforme et captivante : Le Grand Orchestre des Animaux. Une sélection pointue comme on les aime, qui s’inspire du travail de Bernie Krause, musicien et bio acousticien dont le nom peu connu du grand public s’est pourtant souvent associé à des Doors, Van Morrison, Polanski et autres Coppola.

Aux confins de la musique et de la science, il enregistre les vocalises des animaux et des micro-organismes. Une immersion au sous-sol dans le noir permet de découvrir son travail tandis qu’au rez-de-chaussée scénographie de brique en terre cuite s’associe au bois pour recréer une ambiance agraire.

L’immense fresque de Cai Guo-Qiang y revisite les peintures rupestres à la poudre à canon. Les animaux prennent le pouvoir en peinture, en photographie et vidéo et c’est génial. Dans les jardins, Agnès Varda propose un cinéma intimiste et émouvant dans une cabane. Une exposition ultra-accessible pour tous les publics.



Visuels © Araso

Détails pratiques:

Le Grand Orchestre des Animaux
Fondation Cartier pour l’Art Contemporain, 261 Boulevard Raspail, Paris
2 juillet 2016 > 8 janvier 2017
Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 20h
Nocturne le mardi jusqu’à 22h.