Comme introduit lors du dévoilement de la saison 17-18 à la CollineTous des Oiseaux est la première création de Wajdi Mouawad à la Colline et sa première épopée depuis Littoral/Incendies/Forêts et Ciels. Le dramaturge expliquait alors: « c’est la première fois que je vais oser aller dans le territoire de l’ennemi, c’est à dire faire parler l’ennemi, le prendre pour moi, le prendre avec moi et le défendre ». Au coeur du noeud dramatique, la relation conflictuelle au Moyen-Orient entre le Liban et Israël. 

Malgré ces précautions pour ne pas en faire un récit (trop) personnel, on sent le volcan se réveiller sous nos sièges et la braise ardente. On sait que les mots vont froisser, heurter, bousculer et que l’on ne ressortira pas indifférents de ces quatre heures de spectacle. 

Dans cette tour de Babel imprenable -le spectacle est joué en allemand, anglais, arabe et hébreu surtitré en français, des questions tout aussi brûlantes et essentielles se posent sur le fil ténu de l’identité et du destin.

Wahida, oiseau de beauté porté par la sublime Souheila Yacoub silhouette de sirène et crinière ondoyante, se demande qui elle est. Qu’est-ce que ça veut dire, en 2017, qu’être une femme arabe en Israël? Ses origines, que sa féminité écrase au lieu de les mettre en lumière, lui explosent en plein visage au cours d’un déluge de violence. Sa beauté, sa jeunesse et son intelligence sont des fardeaux instrumentalisés par l’ennemi. 

« C’est lui qui revient des cendres et du gaz mais c’est le discours de celui qui n’a rien vécu qui me broie ».

La question de l’identité débouche inévitablement sur celle de l’héritage et de la transmission. Eitan, jeune scientifique allemand et juif d’origine israélienne, tombe amoureux de Wahida envers et contre sa famille, contre ce lien du sang que son père David porte en étendard. « L’enfant guérit son père. Et quand le fils meurt c’est son père qu’il emporte avec lui ».

Tous des Oiseaux est une fresque de l’absurde. L’absurdité de la haine que les enfants s’arrogent au nom des parents et des grands-parents, l’absurdité de la violence alimentée par le communautarisme, l’absurdité d’une idéologie grégaire et de l’asservissement par délire de persécution en fonction duquel une famille entière vole en éclat. Eitan dit ainsi de son grand-père, rescapé d’Auschwitz « C’est lui qui revient des cendres et du gaz mais c’est le discours de celui qui n’a rien vécu qui me broie » et ce faisant, dit tout.  

 


 Tous des Oiseaux, texte et mise en scène de Wajdi Mouawad, création à la Colline

Avec Jalal Altawil, Jérémie Galiana, Victor de Oliveira, Leora Rivlin, Judith Rosmair, Darya Sheizaf, Rafael Tabor, Raphael Weinstock, Souheila Yacoub