En 800 Signes

Alerte. La danse est dans l’urgence. D’Avignon à l’Opéra Garnier, de Montréal à São Paulo, des corps de ballet tout entiers courent. Une course effrénée. Une course à la vie, à la mort. Vers quoi ? Où ? Fuite en avant, exode, élan, ils courent vers l’avenir dans une folle échappée d’espérance. Au bout du tunnel, quelque part, se trouve le centre de l’univers. Olivier Dubois vient de présenter à Chaillot Auguri dansé par le Ballet du Nord, une pièce sur la fureur de l’espérance.

Plus de Signes

On l’a vu chez Maguy Marin à l’Opéra Garnier en Avril 2016 avec Les Applaudissements ne se mangent pas, chez Marie Chouinard à Avignon en Juillet dernier avec Soft Virtuosity, Still Humid, On the Edge, chez Guilherme Botelho et le transhumant Sideways Rain au Monfort en Novembre 2016… La danse court. En lignes parallèles ou diagonales, en marche rapide ou en sprint, en carré ou en rond. Il n’y a pas de hasard. Difficile d’ailleurs en voyant Auguri d’Olivier Dubois de ne pas penser à Maguy Marin, dont le Umwelt crée en 2003 a été repris par la programmation du Festival d’Automne à Paris en 2015 et dont BiT a été montré à nouveau par le Théâtre de la Ville au Rond-Point en Février. Comme dans BiT chez Olivier Dubois les corps finissent par dégueuler le long des parois.

Olivier Dubois, Auguri, Chaillot, illustration © Araso
Olivier Dubois, Auguri, Chaillot, illustration © Araso

Auguri c’est tout. C’est le commencement et c’est la fin. En italien c’est le souhait, ironique ou non, des meilleurs augures et pour Olivier Dubois la fin d’un cycle. Commencé en 2000 avec Révolution (ballet de pole dance sur boléro de Ravel), continué avec son solo Rouge (2011) qu’il portait perché en mini robe lamée sur talons aiguilles rouges, et Tragédie (2012), l’opus qui voyait sa compagnie courir à poil tous azimuts. « La course de l’homme vers un absolu… La prise d’élan, la quête d’un ailleurs ! » Nous dit Olivier Dubois via la fiche de salle. « C’est une traversée du terrible (…) une course, une révolte du vivant ». Elle existe donc cette quête de l’espérance, qui passe par un nécessaire exode. « La quête de notre humanité est notre raison d’être en ce monde ».

Auguri est cette urgence de vivre, d’arrêter l’intellectualisation, une profession de foi aux sensation du corps. Les corps d’élancent comme poursuivis par un missile à tête chercheuse. Leur vie en dépend. Ils se bousculent, s’entrechoquent, se battent, s’étreignent, se choppent au passage. Ils vivent en accéléré, à mille pourcent, en brûlant par les deux bouts le fil ténu de l’équilibre. Comme conclut Olivier Dubois, « Il est urgent, aujourd’hui, de replacer le corps, l’homme, au cœur de l’essence du monde car il en va de notre vitalité et de nos vies ! » Auguroni Olivier.

Auguroni.


Illustration © Araso

Auguri d’Olivier Dubois par le Ballet du Nord a été présenté à Chaillot du 22 au 24 mars 2017.