La vie est une fête. En tout cas pour Yves-Noël Genod et ces 16 jeunes de vingt ans.

Il y a le mannequin, le comédien surdoué et schizophrène, la diva black avec la voix d’Amy Winehouse et son Lilac Wine a cappella, l’Albertine de Proust dans une combinaison full imprimé légumes. A mille lieues de l’archétype du jeune version 3.0 blasé et apathique, ceux-là ont du mordant et se galochent à pleine bouche.

La Beauté Contemporaine, Yves-Noël Genod, Festival Etrange Cargo
La Beauté Contemporaine, Yves-Noël Genod, Festival Etrange Cargo

Rien n’est jamais là où on l’attend. Les comédiens entrent par les deux coulisses, se coupent la parole, papotent en néerlandais du dernier Star Wars tandis qu’une fille livre un récit poignant sur ses origines. Cette tour de Babel repose sur une esthétique ultra léchée. La Recherche de Proust rencontre le Pipornithology de Chassol. Au sol un rail lumineux projette les couleurs d’une fête foraine qui explosera en soirée mousse.

On ne sait pas quand ça commence, on ne sait pas trop quand ça finit. « Ici on travaille sur le temps » annonce Yves-Noël Genod, avant de prévenir que la pièce durera 1h50. Pas de chance, on ne la voit pas passer.


La Beauté Contemporaine, d’Yves Noël Genod, du 14 au 16 mars 2017 à la Ménagerie de Verre dans le cadre du Festival Etrange Cargo.

Illustrations © Araso