La puissance de l’infiniment lent. Tel est le pari de la chorégraphe Myriam Gourfink dont toute la proposition artistique repose sur les techniques respiratoires du yoga. Explorer les limites du physique dans la plus grande bienveillance pour le corps permet à ses interprètes d’atteindre (et de tenir !) des postures d’une difficulté inouïe.

Myriam Gourfink, Amas, au T2G le 12 Janvier 2017, croquis de salle.
Myriam Gourfink, Amas, au T2G le 12 Janvier 2017, croquis de salle.

De l’extérieur, le tableau est exigeant et graphique. Amas la bien nommée est la juxtaposition de huit corps sur quatre appuis évoluant chacun dans une nacelle ovoïdale invisible. Comme d’accoutumée, le compositeur aussi classique qu’antiacadémique Kasper T. Toeplitz pilote la progression des ondes sismiques depuis son ordinateur.

Myriam Gourfink, illustration © Araso
Myriam Gourfink, illustration © Araso

Le mouvement est perturbant, presque anxiogène. Quelle est cette vitesse inclassable, ce ralenti d’une heure entière trop lent pour l’œil nu, trop rapide pour être croqué ? Quel est le message de ce paysage aride, qui n’appartient à aucun temps et qu’aucun costume n’habille ? La réponse réside dans la perception individuelle. Et à cet endroit uniquement. L’expérience se vit seul.e.s.

Myriam Gourfink, Amas, au T2G le 12 Janvier 2017, croquis de salle.
Myriam Gourfink, Amas, au T2G le 12 Janvier 2017, croquis de salle.

Illustrations © Araso


Myriam Gourfink ouvrait le festival Faits d’Hiver le jeudi 12 Janvier 2017 au Théâtre de Gennevilliers avec Amas, sa dernière création, donnée jusqu’au 19 Janvier 2017.

Le Festival se poursuit jusqu’au 9 Février.