Assis comme à la maternelle sur les banquettes de la Ménagerie de Verre, on attend Maguelone Vidal pour un cours d’anatomie. Femme saxo au look de tomboy, en combi de mécano Maguelone apprivoise la mécanique de l’oreille, du corps et du souffle. On découvre et on s’émerveille.

Maguelone Vidal distribue des sphères de bois que l’on parcourt du bout des doigts avant d’y coller son colchea. Elle nous apprend que le souffle y vit comme une membrane qui respire, puis va charmer des tourne-disques comme pour en faire émerger des serpents imaginaires. La sublime création lumière fait chatoyer les couleurs dans l’obscurité, bleu, rouge, blanc, jaune, concerto sur toile expressionniste.

Le chef d’orchestre était médecin avant d’être saxophoniste. Auprès des puristes, elle a acquis une technique en béton armé et a inventé une écriture inédite. Le souffle est un cœur battant, les mots sont murmurés à même le verre, et la poésie, le sensible et le mystique y sont des invités de marque.

COCHLEA, Illustration © Araso
COCHLEA, Illustration © Araso

Performance vue dans le cadre du festival les Inaccoutumés à la Ménagerie de Verre.
COCHLEA, Une histoire intime du souffle à nos oreilles, Maguelone Vidal, les 15 et 16 Novembre 2016 à 20h30

Conception, composition, dramaturgie, interprétation : Maguelone Vidal
Mise en scène / dramaturgie : Eva Vallejo
Mise en corps : I-Fang Lin
Ingénieur du son : Emmanuel Duchemin
Conception lumière : Laïs Foulc
Dispositif scénique : Samuel Aden