A 46 ans, Maurizio Cattelan est l’un des artistes vivants les plus collectionnés au monde. La Monnaie de Paris lui offre actuellement sa première rétrospective d’envergure en Europe : « Not Afraid of Love ».

A quoi tient le succès de Maurizio Cattelan, l’« iconoclaste », « avant-gardiste » et « provocateur » ?

Maurizio Cattelan, Sans titre, 2007, Not Afraid of Love, Monnaie de Paris Octobre 2016
Maurizio Cattelan, Sans titre, 2007, Not Afraid of Love, Monnaie de Paris Octobre 2016

Une déambulation dans les salons de la Monnaie donne envie de répondre par l’extrême immédiateté de son travail. N’importe quel public est capable de percevoir, quelles que soient sa sensibilité et sa culture, ce cheval encastré dans un mur laissant entrevoir par deux portes un parterre de gisants comme une image d’une intensité absolue. Cette famille de chiens couvant un poussin incarne la figure rassurante de la mère et la sévérité du père. Cet enfant crucifié sur les bancs de l’école devient la part de désillusion vécue par tous, à différents degrés. Maurizio et son double allongés sont deux neurones miroirs surgis d’un cauchemar.

Le travail de Maurizio frappe comme un poing en plein visage, remue, émeut, bouscule. Il est parfaitement remarquable.

Visuels © Araso

Not Afraid of Love, à la Monnaie de Paris jusqu’au 8 Janvier 2017.

Maurizio Cattelan, Sans titre (Gérard), 1999, Not Afraid of Love, Monnaie de Paris Octobre 2016
Maurizio Cattelan, Sans titre (Gérard), 1999, Not Afraid of Love, Monnaie de Paris Octobre 2016

Maurizio Cattelan est sorti au printemps 2016 d’une retraite créative de 5 ans, pour exposer un trône d’or dans les toilettes publiques du musée Guggenheim à New York intitulé «America».

Il est l’éditeur des magazines Permanent FoodCharley et Toilet Paper.