Sur les ruines d’un monde en guerre, Marie Chouinard réinvente les codes du beau.

La chorégraphe québécoise, à peine nommée à la direction de la danse de la Biennale de Venise, est pour la première fois à Avignon avec Soft Virtuosity, Still Humid, On the Edge.

Elle y poursuit son travail sur le corps abîmé où l’on rencontre béquilles et attelles. Cette fois, c’est une peinture de guerre.

Au coeur d’une atmosphère de terreur, des corps boiteux et anguleux traversent le plateau en lignes parallèles. La danse se fait sur fond de mitraillettes et de déflagrations. Le sifflement d’une bombe appelle l’adrénaline et le sang pulse plus fort dans les veines.

Assises en tailleur sur un disque tournant, deux filles s’étreignent et font des grimaces de monstres. La vidéo fait défiler des armées de zombies, habille les murs de perspectives vertigineuses et inquiétantes.

Parmi les images hallucinantes, comptent un radeau de la Méduse, et ces corps fous en mouvement comme un feu humain qui crépite.

Illustration © Araso