Même lorsque l’on va au théâtre tous les soirs et que l’on chronique depuis des années, il faut savoir prendre des risques. C’est là que l’Animal Culturel intervient.

Me voici donc au Théâtre de la Huchette (ceux qui me suivent depuis un moment comprendront) décidée à voir cette Poupée Sanglante, comédie musicale adaptée du roman de 1923 de Gaston Leroux, l’auteur du célébrissime Fantôme de l’Opéra de 1910.

Le défi est de taille : un micro-plateau, 3 acteurs et 1 pianiste pour donner vie à pas moins de 15 personnages et toute une atmosphère. Costaud.

Et c’est divin. Les comédiens jouent et chantent comme des dieux, la créativité en plus. Les costumes sont parfaits. Tout est juste, hilarant, pas du tout effrayant. Il faut dire que Didier Bailly est chez lui : il joue à la Huchette dans la Cantatrice Chauve depuis 1985. Quant à Eric Chantelauze, qui co-signe le spectacle, il n’en n’est pas à sa première comédie musicale. Tout s’explique.

Certes, on a mal aux fesses dans ce théâtre. Mais si vous devez voir UN musical cette année, c’est celui-là.

Illustration © Araso

La Poupée Sanglante
Théâtre de la Huchette
23, RUE DE LA HUCHETTE
75005 PARIS
M. Saint-Michel
Tel: +331 43 26 38 99